• Voici un texte inclassable, écrit pour un concours d'écriture dans les bibliothèques de ma ville sur le thème "Pas à pages" et qui m'a valu un prix spécial du jury.

     


    votre commentaire
  • Cri

    Adieu mon innocence !


    votre commentaire
  • Le Poison

    ... s'inflitre dans les veines
    Tel un serpent se niche
    au coeur du corps
    qui doucement s'endort...


    votre commentaire
  • Nihil

    Rien de bon
    ne pouvait naître
    de cet amour narcissique

    Je suis toi, tu es moi
    nous ne sommes pas
    le nous n'existe pas

    Je ne puis aimer mon reflet
    le miroir sans tain s'est brisé
    seule reste la fêlure.


    votre commentaire
  • La chimère de l'amour s'envole telle une larme inversée.


    votre commentaire
  • Le Vampire

    ...me nourrit de son énergie...


    votre commentaire
  • Le Lycanthrope

    Tapi au fond de moi
    Il s'apprête à bondir...


    votre commentaire
  • La neige de ses blancs flocons recouvre


    votre commentaire
  • Les Cendres d'Eros



    La
    passion
    s'est consumée


    votre commentaire
  • Le Miroir

    J'aime cet autre
    Plein d'empathie
    Qui, quand je souris, souris
    Nous partageons nos pleurs
    Ses larmes sont miennes

    Parfois je l'effleure
    Ma main rencontre la sienne
    Nos doigts entrent en contact
    Sans pouvoir s'entrelacer
    Et j'approche les lèvres
    Pour cueillir le baiser glacé
    De mon alter ego

    Et voici qu'aujourd'hui
    Je m'égare dans ma contemplation

    Le doute m'envahit
    Disparaîtrai-je si je me quitte des yeux ?

    Mon image m'a touché avec chaleur.
    Serais-je donc le reflet ?
     


    votre commentaire
  • A Cry in the Night

    Le cri de l'enfant déchire la nuit
    Chaque flocon se pose silencieusement
    Et la neige étouffe les sons discrets du village endormi
    Le temps s'est figé dans le givre
    La mère, glacée, ne peut plus le protéger
    Le cri de l'enfant s'éteint dans la nuit


    votre commentaire

  • Dans l'allée éblouie
    Le guerrier s'avance
    Sa lame aguerrie
    A la coupe franche


    votre commentaire

  • Douleur est le chemin
    D'un désespoir translucide
    Le voile du chagrin
    L'amer sacrifice
    La flamme vacille
    La flamme s'éteint
    Qui ne se perd dans le néant ?


    votre commentaire
  • Potom potom
    Le roulis du train
    Potom potom
    M'emmène au loin
    Loin du désespoir
    Potom potom
    Tout ralentit
    Potom potom
    Le voyage est fini
    Mourir ce soir...


    votre commentaire
  • The Dream of a Murderer

    Where? Where?
    In the shadows.
    When? When?
    Some tomorrow.
    How? How?
    With a knife.
    Who? Who?
    My wife.


    votre commentaire
  •  

    Mars




    Mourir de n'avoir pu vivre
    Arpenter les terres ardentes d'un enfer qui n'est pas le nôtre
    Rêver des
    Songes éthérés

    Marcher sans but, toujours aller plus loin, trop loin ?
    Oubli, soulagement inaccessible
    Imaginer pour s'évader
    Succomber au poids des mots

    Marteler le coeur toujours plus fort
    Alimenter sa mélancolie de pensées assassines,
    Urticantes
    Digressions de l'âme
    Imbibées de chagrin
    Tout est vide

    Déambuler dans le dédale des deuils
    Errer toujours. Pleurer beaucoup

    Larmes d'améthyste
    Ambre fissurée laissant couler une résine létale et

    Malsaine
    Ombrages
    Recevoir sans donner les coups du destin
    Taire à jamais


    Drainer toujours le Léthé
    Irisé
    En voir le fond toujours plus lointain
    Une banshee m'a parlé

    Dans un dialecte céleste
    Encore je perçois ses paroles
    Cris murmurés
    Âcre venin sur mes plaies
    Docile furie
    Entendre ta voix
    N'est rien
    Tout est inexistant

    Être pour ne plus être
    Ternir son reflet

    Détruire son image
    Essaimer sa personne
    Suicide perpétuel du vieillissement qui toujours nous lapide
    Titan de glace aux yeux de braise
    Revêche flamme
    Unijambiste
    Courir n'est pas ton lot
    Tu agis sans hâte, assurée de ta victoire
    Éternelle
    Urine fétide qui ronge le
    Rein du bonheur

    Poison
    Lacrymal
    Antre de la bête tricéphale
    Nosferatu
    Entre donc !
    Tu es invité
    En ces lieux

    Pour toi familiers
    Et conquis
    Ton triomphe est prévu
    Rien jamais ne t'entrave
    Icône de désolation
    Flétrissant les coeurs
    Imagine donc ta décadence
    Égraine les secondes qu'il te reste
    Écoule le flot de ta non-vie

    Mesure le temps
    Imparti à ton essence
    Suffocante
    Tout est périssable

    Illustre faux
    Noir capuchon

    Mort périssable
    Y as-tu songé ?

    Même toi seras remplacée
    Enlacée par ton successeur
    Languide
    Agonie, ton dernier souffle
    Ne balaiera pas le désert
    Cocyte sera ta demeure
    Hell
    Oublie ta nature éternelle
    Létale est ton existence
    Y es-tu sensible ?

    Mort
    Acariâtre
    Renaîtras-tu
    Comme un
    Homme
    Éclot ?

    Marcheras-tu
    Avec assurance vers
    Celui qui t'as déchue ?
    Âpre mystère
    Babil sans mot ni
    Raison
    Étrange ironie

    Dans les cieux, les hommes sont proscrits
    Ultime folie
    Mutilés, ils ont arrachés leurs
    Ailes
    Légères
    Écartelant leurs corps crucifiés
    Torturant leurs esprits aux stigmates
    Revers
    Écoutant la complainte des anges cherchant

    Dieu
    Elusive imp of the Devil.
    Ulule au clair de lune
    Il est temps de
    Lire la parole du diable

    Espérez le salut, vous viendrez à moi.
    Roucoule sous les
    Rayons ardents et
    Arides
    Ne ferme pas les yeux
    Tu n'en verras que plus le malheur de ton coeur

    Défragmente ton âme, l'
    Espace vient à y manquer

    Mêle ton chant aux pleurs de l'
    Ozone illuminé
    Nourris tes rêves en

    Desdémone
    Entends sa lamentation
    Delirium
    Apprends les pleurs
    Les larmes
    Et repose en silence.


    votre commentaire
  • Willing slave of passion

    Il refuse à dessein la voie de l'apaisement
    Préférant au Léthé
    Un Hypnos décharné.
    Il appelle Thanatos de sa voix inaudible
    De peur qu'il ne réponde
    Mais ses lamentations sont par les autres entendues.

    Désir de compassion intarissable
    Qui pèse sur autrui
    Comme une nourriture indigeste sur l'estomac.
    Appétits imbéciles qui pleurent pour une complainte.

    Celui qui se veut le plus misérable
    A souvent tout pour être heureux.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique