• La Goutte

    La Goutte

    Quittant son foyer d'eaux mutines
    Elle longe la ligne rêvée de ta nuque, de ton dos
    S'évapore doucement au contact chaud et délicieux de ta peau ambrée
    Pour mourir au creux de tes reins
    Comme je meure à tes pieds.


  • Commentaires

    1
    Sauterel
    Mardi 27 Octobre 2009 à 22:27
    Qu'est-ce que c'est beau. Celui-là il me touche particulièrement. Il est court mais tout est dit. En quelques mots, tellement de choses passent.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :